Occitanie – Pays catalan

Le 29 septembre 2016, le Journal officiel de la République française publiait les décrets fixant le nom et le chef-lieu des treize nouvelles « grandes régions » métropolitaines, dont sept d’entre elles sont issues du regroupement de deux ou trois anciennes régions. Parmi celles-ci, la région Occitanie regroupe 12 départements d’histoire, de langue, de tradition et de culture occitanes, et un département d’identité majoritairement catalane, créé en 1790 dans le respect de la délimitation de l’ancienne province du Roussillon : les Pyrénées-Orientales. Ni la mobilisation unitaire en faveur d’une appellation « inclusive » Occitanie-Pays Catalan, ni le recours devant le Conseil d’État, entrepris par une association catalane qui a fait long feu, ne sont parvenus à remettre en cause un nom imposé et toujours polémique.

Devant ces faits dont on n’a peut-être pas pris l’exacte mesure, le monde universitaire s’est tu. Ce baptême n’est pourtant pas anodin. Les efforts déployés par la Région pour faire entrer à toute force les Pyrénées-Orientales dans le giron occitan (autobus, affichage, presse…) suffisent à le prouver. La substitution inéluctable et de plus en plus fréquemment constatée de l’appellation « Région Occitanie » par Occitanie tout court (« Perpignan en Occitanie », « le Canigou Grand site d’Occitanie »), relayée par l’emploi de l’adjectif occitan (« Port-Vendres la belle occitane » titrait il y a peu un quotidien national), interroge et pose problème.

En incluant les Pyrénées-Orientales dans la Région Occitanie, les pouvoirs publics participent activement au processus d’érosion identitaire d’un territoire où Michel Houellebecq, dans son dernier livre à succès Sérotonine, situe Bagnères-de-Luchon, et qu’il dissocie de la Côte vermeille…

L’axe Langages et Identités (Études catalanes, hispaniques, sciences du langage) du CRESEM, offre un cadre théorique naturellement propice à l’examen d’une question dont les implications dépassent cependant son périmètre de recherche. Poser la question du « fait différentiel » du Pays catalan et celle des enjeux de son incorporation dans la région Occitanie, suppose des réponses aussi diverses que l’objet d’étude lui-même, sur les terrains de l’histoire, de l’anthropologie, de la géographie, de la sociologie, de la linguistique, voire des sciences naturelles ou politiques. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons soumettre ce problème à l’expertise de chercheurs qui, en Roussillon ou ailleurs, explorent les domaines variés de la connaissance et s’intéressent plus particulièrement au fait régional.

Réunion 20 février 17h30 à l’UPVD (salle CRESEM bâtiment Y)

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search