Le point sur les données

Réunion du 8 mars 2019

Laurie Buscail

En 2014, des étudiants en sociologie de l’UPVD ont enregistré, suivant un protocole d’enquête prédéfini, 80 locuteurs anglophones natifs vivant dans les Pyrénées Orientales. Ces locuteurs ont été interviewé dans la langue de leur pays d’accueil, le français.

Les motivations scientifiques à l’origine de ces enregistrements sont multiples :

  • d’un point de vue sociologique : comprendre les raisons pour lesquelles ces britanniques ont décidé de quitter leur pays pour s’installer dans les Pyrénées Orientales ; quel a été le processus de ce changement ; comment ces britanniques se décrivent, d’un point de vue identitaire…
  • d’un point de vue linguistique : décrire l’apprentissage du français par ces britanniques, souvent arrivés tardivement en France ; comparer ce corpus non natif à d’autres corpus d’apprenants…

Aujourd’hui, ce corpus est composé de 80 enregistrements audio, ainsi que de transcriptions effectuées sous le logiciel Word. Si cela peut être suffisant à des études sociologiques, les études linguistiques ne peuvent se passer d’une transcription alignée au signal sonore. La discussion d’aujourd’hui propose de faire un point sur l’état d’avancement de la transcription de ces données, ainsi que de soulever plusieurs remarques et interrogations quant à la transcription de locuteurs non natifs.

A lire aussi: Le temps comme facteur qualitatif dans l’immersion, Au-delà du séjour linguistique…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search