Dan McIntyre (2018), « Irony and semantic prosody revisited » – compte-rendu de lecture par Olivier Simonin

Dans cet article, McIntyre (2018) entend rendre compte de l’ironie en s’appuyant sur la concept de prosodie sémantique, qu’il présente tout en en traçant quelques développements marquants. Il remonte à une contribution de Louw (1993) qui traite également de prosodies sémantiques et d’ironie. Le choix peut paraître discutable, car il semble que Sinclair soit le premier à avoir utilisé le concept, sans lui donner le nom sous lequel il est désormais connu (Henry Tyne, communication personnelle).

Quoi qu’il en soit de sa paternité, Louw (1993) présente ainsi la notion de prosodie(s) sémantique(s) : tout comme les caractéristiques phonologiques peuvent transcender les frontières segmentales (cf. travaux de Firth), et que la prononciation des voyelles de Amen tendent à être nasalisées du fait de l’adjacence des consonnes nasales, il existe un phénomène similaire pour désigner le transfert, ou l’extension, de sens entre des mots proches les uns des autres dans la chaîne parlée ou écrite. Par exemple, l’emploi de l’adverbe complètement, dans un énoncé commençant par Il est complètement…, est corrélé par l’occurrence de mots chargés négativement à sa suite – et on serait en droit de se méfier si un mot « positif » suivait.

Sinclair (1998) rappelle les distinctions essentielles entre schémas de co-occurrence, et critique ainsi l’absence de distinction entre préférence sémantique et prosodie sémantique. Voici l’ensemble de ces distinctions :

  1. collocation : co-occurrence de mots sans plus de 4 mots intermédiaires les séparant ;
  2. colligation : co-occurrence de phénomènes grammaticaux ;
  3. préférence sémantique : restriction en fonction des champs lexicaux appelés par le mot;
  4. prosodie sémantique : « raison pour laquelle le mot est choisi, en amont et au-delà des préférences sémantiques qui le caractérisent. »

Si je parle des mots carrière et emploi, voire de l’anglicisme job, le premier sera plus fortement associé à un contexte positif, puisqu’il s’agit d’aspiration, que les deux suivants – et notamment le dernier qui indique souvent un emploi peu stable. La prosodie sémantique de carrière est plus positive que celle des deux autres mots. Pour en revenir aux catégories de Sinclair, si l’on considère l’expression anglaise get away with (s’en sortir), on retrouvera les co-occurrences suivantes (établies de façon probabiliste à partir de fréquences d’occurrences):

  1. co-occurrence de mots : anything, murder, crime… ;
  2. co-occurrences grammaticales: modaux à gauche (can, may…) ;
  3. co-occurrence de mots ou syntagmes appartenant aux mêmes champs lexicaux : expression de la possibilité (allowed, able, letting, managed…) ;
  4. co-occurrence de mots ou syntagmes véhiculant la même prosodie sémantique : expression d’un point de vue, d’une attitude de la part du locuteur/scripteur, qui relève ici de la censure ou de la désapprobation.

Avec ce dernier point, on voit que l’on dépasse le cadre de la simple évaluation positive ou négative pour aller vers l’expression d’une perspective, d’une attitude ou d’une réaction. La prosodie sémantique, liée à l’axiologique, paraît ainsi se différencier de la connotation. Comme le disent Partington et Morley (2004), les prosodies sémantiques « donnent à l’allocutaire ou au lecteur une idée des opinions et croyances du locuteur ou scripteur. » Allant dans le même sens, Hunston (2007) souligne que les prosodies sémantiques sont susceptibles de varier avec le point de vue du lecteur/allocutaire.

Il est utile également de rappeler que la notion de prosodie sémantique s’applique in fine à des unités de sens étendues plutôt que de mots isolés (Sinclair 2004). Le contexte syntaxique dans lequel un mot tel que persistent apparaît a donc son importance, et la prosodie sémantique qui lui est associée peut varier, suivant le schéma dans lequel il s’inscrit :

  1. Adj + N = persistent drug-user, persistent errors… ;
  2. V. état + Att = she is so persistent thatthey are persistent

Dans le schéma (a), nous avons une prosodie globalement négative, tandis qu’avec (b), celle-ci est plus neutre.

De plus, Hunston (2007) opère une autre distinction, entre :

  1. la fonction discursive d’une unité de sens, qui relève de la prosodie sémantique ;
  2. le sens exprimant l’attitude véhiculée par les mots et les syntagmes eux-mêmes.

Pour référer à la propension qu’ont les mots d’apparaître en combinaison avec d’autres exprimant des sens évaluatifs particuliers, il convient de parler de « préférence sémantique » (le 3e schéma de co-occurrence proposé par Sinclair) ou « préférence évaluative » (attituditional preference).

Le problème que soulève une telle conception est de savoir si la ligne de démarcation entre préférence sémantique et prosodie sémantique est bien stricte. Y-a-t’il un lien entre les régularités de co-occurrence de mots adjacents (ou presque) et la prosodie sémantique ? En dernier lieu, que mesure-t-on exactement lorsque l’on établit des fréquences de co-occurrence ? Illustrons avec un exemple de Louw (1993), emprunté à David Lodge :

The modern conference resembles the pilgrimage of medieval Christendom in that it allows the participants to indulge themselves in all the pleasures and diversions of travel while appearing to be austerely bent on self-improvement.

(D. Lodge, Small world)

Pour Louw, l’emploi de bent on qui, selon lui, bien souvent évoque quelque chose de négatif (ex : bent on destruction), conjoint à celui de self-improvement, produit une interprétation ironique. Un défaut de méthodologie est pointé par McIntyre : aucun chiffre précis pour les co-occurrences n’est donné, Louw s’appuie sur des intuitions. Nous pourrions ajouter qu’il n’est pas évident de savoir comment l’on passerait d’une mesure de fréquences de co-occurrences à une mesure de prosodie sémantique.

McIntyre propose un autre exemple afin d’illustrer l’interaction entre prosodie sémantique et ironie, définie à la suite de Simpson (2011) comme impliquant un décalage ou un contraste important (clash) entre ce qui est asserté et ce qui est signifié.

The aftermyth of war :
But the tide was turning, the wicket was drying out. It was deuce – advantage Great Britain. Then America and Russia asked if they could join in, and the whole thing turned into a free-for-all. And so, unavoidably, came peace, putting an end to organised war as we knew it.

(Bennett et al. 1987 [1960: Beyond the Fringe])

Bien que organised se retrouve parfois en co-occurrence avec des termes négatifs, comme dans organised crime, ce n’est pas toujours le cas. D’ailleurs, si l’on prend certaines associations, comme organised resistance, le fait que la résistance soit organisée peut être perçu comme positif ou négatif, ce qui soutient l’idée que la prosodie peut varier en fonction du point de vue du lecteur ou de l’allocutaire. Quant à putting an end to, il semble bien que ce qui finit est évalué négativement. De manière semblable, pour unavoidably, ce qui apparaît inévitable est lié au regret. Ce dernier mot et la locution putting an end to suggèrent fortement le regret à la disparition d’une chose présentée comme plutôt bonne, la guerre sous une forme réglée. As we knew it va dans le même sens, marquant un attachement à ce qui a disparu (organised war). Tout cela forme donc une sorte de réseau sémantique, lié aux prosodies sémantiques des locutions et des mots considérés, et va à l’encontre de la sagesse commune qui voit dans la guerre une activité néfaste. Ce dernier point de vue est évoqué en même temps qu’est exprimé explicitement un autre qui lui est contraire, ce qui semble un trait ironique fréquent.

Même si cet exemple peut être considéré comme ironique, il n’est en tout cas nullement certain que l’ironie repose toujours sur un contraste produit par la prosodie sémantique, comme ici. Une antiphrase classique comme « Tu es bien réveillé aujourd’hui ! » crée un contraste entre la situation et ce qui est dit de manière parfaitement explicite. Nous pensons donc qu’invoquer la notion de prosodie sémantique, à propos de laquelle nous avons exprimé quelques réserves, peut permettre toutefois d’analyser avec plus d’acuité certaines occurrences d’ironie.

Olivier Simonin, UPVD / CRESEM

 

References

Hunston, S. 2007, « Semantic prosody revisited », International journal of corpus linguistics 12(2), p. 249-268.
Louw, B. 1993, « Irony in the text or insincerity in the writer? The diagnostic potential of semantic prosodies », dans M. Baker et al. (dir.), Text and technology: in honour of John Sinclair,  Amsterdam, John Benjamins, p. 157-176.
McIntyre, D. 2018, « Irony and semantic prosody revisited », dans M. Jobert et S. Sorlin (dir.), The pragmatics of irony and banter, Amsterdam, John Benjamins.
Morley, J. & A. Partington 2007, « A few frequently asked questions about semantic – or evaluative – prosody », International journal of corpus linguistics 14(2), p. 139-158.
Simpson, P. 2011, « ‘That’s not ironic, that’s just stupid!’ Towards an eclectic account of the discourse of irony », dans M. Dynel (dir.), The pragmatics of humour across discourse domains [Pragmatics & Beyond New Series 210],  Amsterdam, John Benjamins, p. 33-50.
Sinclair, J. 1998, « The lexical item », dans E. Weigand (dir.), Contrastive lexical semantics [Current issues in linguistic theory 171], Amsterdam, John Benjamins, p. 1-24.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search