Etudes hispaniques

Journée d’étude Les émotions à l’oeuvre

9 octobre 2020

Carmen Calvo Celos

L’émotion repose sur un code culturel. Elle est, au fond, un langage, ce qui induit une part identitaire. Étonnamment, toutes les émotions ne sont pas également partagées d’une culture à une autre, et n’y trouvent pas non plus une même traduction. Voilà qui dit combien l’émotion a trait à l’identité. De même leur expression dans la sphère privée ou publique est diversement appréciée, selon les codes culturels du sujet.

Les nouveaux modes de communication mettent en évidence presque en permanence la part que prennent les émotions dans l’appréhension du présent et la fabrique de l’histoire. De même, les réseaux sociaux font la part pas toujours la plus belle aux émotions. La démarche linguistique peut également s’avérer fructueuse. Le discours sur les/ des émotions, quant à lui, pourra faire l’objet d’études notamment comparatives. D’une culture à une autre, comment les émotions sont-elles traduites par le langage ? Que disent les glissements linguistiques relatifs aux émotions, au sujet de l’identité ? Enfin, on pourra s’interroger sur la place des émotions dans l’apprentissage d’une langue étrangère.

Cette journée d’étude pourrait être essentiellement tournée vers les émotions et leurs modes d’expression, mais n’exclura pas les réflexions sur les rapports entre celles-ci et les sentiments, ou les sensations, ou encore les passions. Par les interrogations qu’elle espère soulever, à défaut d’y répondre, elle explorera les liens entre les émotions, leurs manifestations et la question du sujet : quelle place occupent les émotions dans la construction de celui-ci, dans la construction de l’identité ? Se singularise-t-on par les émotions ? Une culture se singularise-t-elle par la manifestation ou non de ses émotions ?

Les propositions de communications –sous forme d’un titre et d’un résumé d’un maximum de 250 mots— sont à remettre à Amélie Adde avant le 30 avril 2020